RECHERCHE 

.

---

 

 

 

 

La titrisation est un instrument de financiarisation de marchés tels que le marché immobilier. Il s'agit d'une technique qui consiste à rendre liquide des actifs qui ne le sont pas afin des les céder à des institutionnels. Les actifs qui peuvent faire l'objet d'une titrisation sont ceux dont on peut raisonnablement prévoir les flux.

La titrisation a porté à l'origine sur des prêts immobiliers, puis s'est étendu aux prêts à la consommation et elle porte aussi sur les crédits commerciaux. Les difficultés des caisses d'épargne et de crédit (S&L) et de nombreuses banques de dépôt aux Etats Unis dans les années 1980 a amené le développement de la cession de portefeuille de prêts. Il s'est agi de prêts sains, mais aussi de prêts douteux. Des fonds "vautours" et autres fonds se sont spécialisés dans le rachat à une valeur en dessous du nominal de prêts à haut risque dans l'espoir d'obtenir des taux élevés de rentabilité en développant une expertise d'analyse de solvabilité alors que la fonction de rehaussement de crédit suscitait l'apparition de spécialistes, les institutions de garantie financière, développant l'assurance monoligne.

La titrisation est pour les banques et les assurances, mais aussi pour des émetteurs non financiers,  un instrument de gestion de bilan. Il s'agit d'éliminer du bilan soit des actifs à faible risque pour les transformer en liquidité, soit des actifs à haut risque de façon à cantonner la perte.

La titrisation implique la cession à un véhicule juridique ad hoc, trust, fiducie ou société ad hoc off shore, de créances. Un portefeuille de créances, tels que des prêts, sont cédés au véhicule ad hoc qui va émettre des titres qui sont placés sur les marchés financiers.  L'utilisation d'un véhicule de titrisation a pour objet d'isoler les créances d'une procédure collective du titulaire des créances.

La titrisation permet ainsi une mobilisation non pas directe, comme dans les techniques de mobilisation telles que la cession Dailly, mais indirectement.

Les titres peuvent être adossés à des actifs (asset backed security)

Les encours de titrisation sont passés de 100 Mds$ émis en 2000 à près de 500 Mds$ en 2006. Le stock est passé de 200 Mds$ en 2000 à 2000 Mds$ en 2006.

L'effet de levier utilisé par les banques de Wall Street est considérable. Le ratio entre les actifs et les fonds propres des investisseurs qui était pour Bear Stearns de 26 en 2005 était passé à 32.8 en 2007.  Pour Merril Lynch il était passé de 15 en 2003 à 27 en 2007. Il dépasse 30 pour Morgan Stanley comme pour Lehman Brothers.

Le Financial Times avait caractérisé la titrisation par la formule suivante "La titrisation se réduit à ôter les crédits de ceux (les banques) qui sont capables de les porter pour les mettre sur les épaules de ceux qui sont incapables de les comprendre".

GUIDE DE LA VIE DES AFFAIRES

 

LES SOCIETES

LES SECTEURS

LES ACTEURS

LES DOSSIERS

TABLE CHRONOLOGIQUE GENERALE

BIBLIOGRAPHIE

 

 

 

 

RECHERCHE

 

____   

 

 

 

Accueil GUIDE  DE LA FRANCE DES AFFAIRES   Accueil BOURSILEX LE GUIDE DE LA BOURSE ET DE L'EPARGNE