VIE DES AFFAIRES

SOCIETE GENERALE ET LES SUBPRIMES


Accueil ] Remonter ] LES SOCIETES ] LES DOSSIERS ] LES ACTEURS ] LES SECTEURS ] BOURSE ET MARCHES FINANCIERS ] POLITIQUE ET LEGISLATION ] FRANCE ] INTERNATIONAL ] BIBLIOGRAPHIE ] TABLE CHRONOLOGIQUE GENERALE ]


RECHERCHE

   GUIDE  DE LA VIE  DES AFFAIRES

AGF | ALCATEL LUCENT | ALSTOM | ARTPRICE | AXA | BNP PARIBAS | BOLLORE | BOUYGUES | CARREFOUR | CASINO | CDR | CEGELEC | CHAPELLE DARBLAY | CIMENTS FRANCAIS | CREDIT AGRICOLE | CREDIT LYONNAIS | DANONE | DASSAULT AVIATION | EDF | EADS | EURODISNEY | EUROTUNNEL | FFP | FIMALAC | FRANCE TELECOM | GAZ DE FRANCE | GMF | HAVAS | INFOGRAMES | LAGARDERE | LVMH | MAAF | MATRA | MAUREL ET PROM | PERNOD RICARD | PEUGEOT | PPR | RENAULT | RHODIA | SANOFI AVENTIS | SOCIETE DU LOUVRE | SOCIETE GENERALE | SUEZ | TAITTINGER | THOMSON | TOTAL | VIVENDI


 
--

 

CRISE DES SUBPRIMES    SOCIETE GENERALE ET JEROME KERVIEL


Le 2 Aout 2007  Daniel Bouton déclare "Une bulle de crédit extrêmement importante a explosé " mais rien ne suggère "que des grands acteurs financiers soient impliqués à des niveaux qui soient très importants par rapport à leur taille".

Le9 Septembre 2007 Daniel Bouton déclare "la situation est sous contrôle , même si on ne peut pas exclure un incident quelque part dans le monde"

Le 8 novembre 2007 lors de la publication de ses comptes du troisième trimestre, la Société Générale indique avoir inscrit des dépréciations d'actifs de 404 millions d'euros dans ses comptes. Elle évalue son exposition au subprime à 230 millions, en affirmant s'être appuyée sur le scénario le plus pessimiste, celui d'une perte de 200 milliards d'euros pour l'ensemble du secteur immobilier américain. Les autres dépréciations concernent les prêts LBO et l'incubation de fonds spéculatifs. Pour ces deux activités, les provisions s'élèvent à 98 et 76 millions d'euros.

La Banque de financement et d'investissement (BFI) indique que son bénéfice net a chuté sous l'impact des dépréciations mais aussi d'une perte de 180 millions d'euros pour le trimestre dans le trading. La BFI indique que les dégâts sont limités par la bonne tenue des activités actions, en particulier des dérivés, dont le chiffre d'affaires a progressé de 13,4%.

La SocGen indique que dans les métiers de gestion d'actifs, la crise entraîne une décollecte nette de 12,6 Mds€ due essentiellement à des sorties des fonds dynamiques (monétaires). Elle indique que la banque privée voit, en revanche ses actifs sous gestion augmenter de 2,4 Mds €

La SocGen indique qu'elle n'a, à ce jour "consolidé aucun de ses six conduits commerciaux ni son unique véhicule SIV) contrairement à certaines banques américaines, contraintes, du fait de la crise financière, de réintégrer ces produits dans leur bilan. La Socgen estime qu'une consolidation "très hautement improbable" de ses conduits et SUV lui coûterait environ 0,4 points (40 points de base) du ratio Tier One.

Le 19 décembre 2007 Daniel Bouton déclare "Grâce à la loi bancaire de 1984, la France bénéficie de l'un des périmètres de contrôle les plus larges"

Le 28 janvier 2008 la Société Générale annonce 2,05 Mds€ de perte résultant des subprimes. La partie la plus importante des dépréciations d'actifs, 1,1 Mds€, concerne le portefeuille d'obligations adossés à des actifs, ou collateralized debt obligations (CDO) qui est exposé aux prêts immobiliers américains. Il est indiqué que le reste est lié à l'impact de la déconfiture des rehausseurs de crédit américains qui garantissent les émissions d'obligations. La Société Générale indique qu'elle est obligée de déprécier des titres en portefeuille à hauteur de 550 Millions€ et qu'elle constitue une provision non affectée de 400 Millions€ (La Tribune, 28 janvier 2008 , p. 21)

Le 27 janvier 2008 , dans le contexte de l'affaire Jérôme Kerviel, Daniel Bouton se défend de toute "dissimulation" de pertes liées aux "subprimes"

Le 7 février 2008 il est indiqué que la Société Générale  ferait partie (comme Calyon) d'un consortium bancaire étudiant un soutien au rehausseur de crédit FGIC qui est en difficultés. D'après l'information donnée par le WSJ le consortium comprendrait SocGen,  Calyon, Citigroup, UBS et Barclays.

 

 

Accueil | Remonter | ACTIONNAIRES DE LA SOCIETE GENERALE | OPA SUR LA SOCIETE GENERALE ET DELITS D'INITIES | ADMINISTRATEURS ET DIRIGEANTS DE LA SOCIETE GENERALE | SOCIETE GENERALE ET JEROME KERVIEL | SOCIETE GENERALE ET LES SUBPRIMES


 


 

--

 

Accueil GUIDE  DE LA VIE  DES AFFAIRES   Accueil  BOURSILEX LE GUIDE DE LA BOURSE ET DE L'EPARGNE